Un merveilleux voyage dans le temps et l'espace

Ramadhan en Algérie : Les restos de la Rahma=chaleur familiale

 

Ramadhan en Algérie: Solidarité, des restos en Diyar el-rahma

Chaque année, durant tout le mois sacré de Ramadhan, les restaurants de la rahma ouvrent leurs portes et accueillent des centaines de personnes dans le besoin ou des travailleurs loin de leur domicile, des groupes de gens de passage, des démunis et des sans-abri.

Ces restos de la rahma offrent à ces derniers la joie et le plaisir de rompre le jeûne dans un cadre de vivre ensemble et de solidarité. Une situation faite avec un zeste de haute convivialité et qui permet aux gens privés de chaleur familiale, de se sentir, le temps d’un ftour ou le temps d’un ramadhan, en famille.

 

Alger, à l’instar des autres villes du pays, se transforme durant le mois sacré, en un lieu, où les nécessiteux se réunissent pour la rupture du jeûne dans une ambiance enthousiaste.

Les restaurants de la rahma de Ben aknoun

Lors de notre virée aux restaurants de la rahma de Ben aknoun, l’un d’eux a attiré notre attention. Un petit restaurant situé à 7, rue doudou-mokhtar, où la solidarité est encore et toujours là. Algérois ou autres, tout le monde connaît l’endroit, car cela fait six ans que ce petit restaurant est engagé dans cette action de solidarité en installant ses tables en plein air…

Pour le premier jour seulement du ramadan, il a fourni pas moins de 350 repas, dont 250 servis sur place et 100 livrés aux sans domicile fixe (SDF), selon le bienfaiteur. L’initiative ne cible pas une catégorie précise de gens et les portes du resto sont ouvertes à tout le monde; étudiants, des familles dans le besoin, hommes, femmes, enfants et des sans-abri.

Comment fonctionne le resto de la Rahma

Au programme de la journée : nettoyage de la salle pour certains, préparation des aliments pour d’autres, cuisson du f’tour, mission d’un autre groupe, et préparation des tables pour d’autres bénévoles. A 19 heures, le repas doit être prêt, les tables dressées et le restaurant est fin prêt pour recevoir les jeûneurs. Le responsable de la cuisine et coordinateur de l’action d’El If’tar est le premier à se présenter sur les lieux.

« La veille, en fin de soirée, on se réunit pour faire le point, l’évaluation, puis établir le menu du lendemain. C’est de la sorte que fonctionne notre travail », précise-t-il.

Les bénévoles parlent peu et travaillent beaucoup !

 

Il faut dire que les initiateurs de cet élan de solidarité ainsi que les bénévoles sont très discrets. Ils parlent peu et travaillent beaucoup.

A 19h30, le resto affiche complet… les jeûneurs attendent l’appel à la rupture du jeûne… Au menu, chorba frik, mtawam, salade composée et un dessert. Un menu varié qui change tous les jours, des plats cuisinés soigneusement par la sœur du bienfaiteur avec des produits frais. L’initiative est gérée par ce grand monsieur, qui a préféré garder l’anonymat et qui travaille de tout cœur avec des amis qui lui procurent de l’aide financière ou main-d’œuvre des bénévoles qui ont un seul but, celui de gager de bonnes actions et des «douaa» de la part des personnes nécessiteuses.
Famille et amis viennent chaque jour pour nettoyer et apprêter les tables, tandis que les femmes cuisinent le ftour, et c’est lui et ses amis qui servent le repas.

à la fin, ils mangent avec les nécessiteux pour créer une ambiance familiale. Ils estiment que rompre son jeûne en groupe avec ces gens privés de chaleur familiale leur permet de se sentir, le temps d’un ftour ou le temps d’un ramadhan, en famille. Parmi les présents à la table du f’tour, Salim, qui réside seul à Alger loin de sa famille qui se trouve à Ouargla. «Je remercie l’équipe du resto pour cette initiative et pour cet esprit de solidarité. Je mange chaque jour ici, toute ma famille est à Ouargla… mais je ne me sens pas seul, dans cette ambiance festive et dans ce moment de partage en ce mois sacré», a-t-il dit.

Errahma, un véritable refuge; rencontre et convivialité

Rompre le jeûne en groupe permet aux personnes démunies, notamment les sans-abris, d’oublier leur malheur un moment et de se sentir en famille. Ce resto d’errahma est un véritable refuge et un lieu de rencontre et de convivialité pour tous ceux qui viennent durant ce mois pas comme les autres.

Ramadhan autrefois=piété, entraide, solidarité, convivialité
Votre alimentation est importante !…
Recherche

bannieres

Le méchoui algérien: un mouton rôti sur les braises d’un feu de bois

Le méchoui vient du mot arabe maghrébin « ch’wa »
qui signifie rôtir

Le méchoui est une spécialité algérienne originaire des hauts plateaux, du Moyen Atlas et de l’Atlas saharien. Les nomades qui y transhument, en plus de leur troupeau principal – souvent évalué à plusieurs milliers de moutons – élèvent un petit nombre d’agneaux mâles spécifiquement pour le méchoui, les nourrissant de « chih », une espèce d’armoise sauvage qui donne à l’agneau un parfum très délicat.

Read More about “Le méchoui algérien: un mouton rôti sur les braises d’un feu de bois”

Le photographe d’autrefois

Il était une fois, le photographe ambulant

le photographe

Les photographes ambulants ! Ils ne sont plus là, ces icônes culturelles citadines ! En silence, ils se sont retirés de la cité, sans deuil ! Jadis, ils étaient l’ombre des villes et l’arc des places publiques. Les fixateurs du beau temps ! Les dessinateurs de grands sourires. Les témoins des amours et des amoureux fuyant l’oeil de l’interdit! l’oeil du voyageur ! Les photographes ambulants ! Tous. Vous. Nous. Les autres.

Read More about “Le photographe d’autrefois”

La vie naturelle

L’incompréhension naturelle de la vie

Nous sommes sans doute devenus trop intelligents, trop savants, et nous ne comprenons plus la vie. Nous la tuons autour de nous pour des profits ou des commodités immédiates; nous tuons aussi la nôtre et menaçons celle de nos descendants pour les mêmes motifs. il faudrait croire alors que nos grands-mères étaient moins intelligentes que nous et qu’elles avaient, elles, une compréhension naturelle de la vie.

Manger sain, vivre bien !…

Read More about “La vie naturelle”