Un merveilleux voyage dans le temps et l'espace

Ramadhan autrefois=piété, entraide, solidarité, convivialité

ramadhan-autrefois

Ramadhan autrefois .. rimait avec la tradition du vivre ensemble.

Ramadhan autrefois … rimait avec la tradition du vivre ensemble avec « piété » et « solidarité ». Il se déroulait dans la convivialité, marqué par des cérémonies religieuses, des veillées des 15e et 27e jours et la célébration du premier jour du jeûne des enfants.

Le Ramadhan, autrefois, piété, entraide et solidarité

Le Ramadhan autrefois .. ces journées de ce mois de piété se passaient dans l’entreaide et la solidarité. Après les travaux ménagers, les femmes se mettaient à la préparation des plats, selon la tradition et dés la première journée du jeûne, elles entamaient le f’tour tôt dans la matinée. C’est d’abord la confection de la galette que l’on fait cuire sur un tajine en argile. Elles en font pour la famille et pour les mendiants. Une fois le pain maison prêt et après la prière du D’hor, jusqu’ à l’heure du Maghreb, elles consacrent leur temps à cuisiner. Comme il n’y avait pas de gaz, tous les plats devaient mijoter dans des marmites en argile et non pas en aluminium, et de plus, sur un feu de charbon.

Honorer la tradition ancestrale

Le rituel voulait que le premier jour c’était des plats traditionnels, qui se perpétuent jusqu’à nos jours : une soupe à la viande de mouton, vermicelle et tomate fraîche, accompagnée de bourek ou des briques et un plat sucré (l’ham lahlou) : raisins secs, pruneaux secs, viande de mouton, garni de fruits de saison. Ce plat, selon la coutume, devait figurer sur toutes les tables. Nos grands mères disaient : «Débuter le Ramdhan avec un mets sucré cela présage un mois doux, sans problèmes, dans la joie, dans la paix de l’âme et de l’esprit, dans la piété totale.» Quant aux autres familles dont les moyens leur permettent, les plats sont variés tel un Tajine «Bounaraïne» (viande hâchée, fromage, œufs…). Sa cuisson se fait sur des braises qui couvrent l’ensemble de la marmite. Il mijote doucement, ça prend plus de temps à cuire mais le goût n’en est que meilleur. Un vrai délice.

—-

Et !… Aujourd’hui ?…La jeune génération cherche la facilité

Aujourd’hui… toutes ces coutumes se perdent ; on cuisine à la va-vite dans des cocottes-minute en aluminium, dangereuses pour la santé (les ions aluminiums se détachent et a priori se fixeraient dans le cerveau). « La jeune génération cherche la facilité en se contentant d’aller acheter sur le marché leur pâtes déjà prêtes sans se soucier de leur saveur, l’essentiel étant de ne pas faire d’efforts », souligne hadja Yamina. Rien ne vaut le savoir-faire des cordons bleus de jadis.

Avec un brin de nostalgie…

Le doyen de la casbah, Ammi Omar, se souvient

Ammi Omar, de son côté, le doyen de la casbah, se souvient du ramadhan à la Casbah où le marché couvert tenait la place centrale de la vie de la cité, avec des commerçants rivalisant dans la décoration de leurs étals et où le parfum du jasmin régnait en maître des lieux. Même les poissonniers, dit-il, ne dérogeaient pas à la tradition en entourant leurs casiers de poissons de différentes plantes et herbes aromatiques et odorantes qui exaltaient leurs parfums au grand plaisir des clients.

Ammi Omar évoque, cette « belle époque »

Ammi Omar évoque, avec un brin de nostalgie, cette « belle époque » où les gens se connaissaient bien et se permettaient de taquiner les amis qui ont les nerfs à fleur de peau durant le ramadan, histoire de passer le temps. « Hélas », lance-t-il, quelque peu agacé, «les temps ont bien changé», en montrant du doigt les maisons ruinées, les ruelles grouillantes de monde, les étals des commerçants, légaux ou informels, qui ont envahi tous les espaces de la ville à l’origine d’amas de détritus jonchés un peu partout en fin de journée.

Les soirées de la vieille ville d’Alger … autrefois !…

Autrefois…, à l’heure de la rupture du jeûne,… une ambiance particulière régnait dans la vieille ville d’Alger.
« Des coups de canons marquaient cet instant suivi du « adhan », souligne avec nostalgie hadja Yamina.
« Les soirées de ramadan étaient particulières, c’est seulement vers la deuxième semaine du mois sacré que les sorties et les invitations mutuelles commençaient. Les huit premiers jours, nous nous contentions de soirées entre voisines », nous confie-t-elle.

Soirées de visites familiales et « gaâdates »

Ces soirées ponctuées de jeux de « boqala » et autres visites familiales et « gaâdates » autour d’un orchestre de musique andalouse, tout en sirotant un thé à la menthe ou un café arrosé de « maz’har » (fleurs d’orangers), accompagnés de pâtisseries comme le « khobz el bey », zlabia, makrout au miel, bakhlaoua, kalb-el-laouz et autres sucreries comme hlaouet-el-halqoum, nougat et halwat-turque, ne sont plus de mise, regrettent, par ailleurs, de nombreux habitants de la casbah.

Aujourd’hui, les gens se terrent chez eux avec leur seul ami ?..

Du temps passé, « On évoquait le temps passé pendant que les hommes sirotaient un thé à la menthe dans les cafés en jouant aux cartes ou au domino et ce, après avoir accompli la prière des ”tarawih”. Il nous plaisait souvent de jouer à la bouqala jusqu’au s’hour. Alors, chacune rejoignait sa petite demeure » « Aujourd’hui, ces traditions n’existent presque plus. Les gens se terrent chez eux en compagnie de leur unique ami qu’est le ‘smartphone’ qui a plein d’amis virtuels. "Dans la vraie vie, c’est avant tout le partage de valeurs communes qui rapproche les individus. il est naturel de vouloir s’entourer d’amis afin de n’être jamais seul. Alors qu’autrefois les amis virtuels prenaient naissance dans l’imagination des plus jeunes, désormais c’est sur les écrans qu’ils se multiplient." « Le ramadan n’a plus le même goût », déplore-t-elle. Ni la guerre ni les colons ne réussissaient à troubler ces instants mémorables du ramadan à la Casbah d’Alger.

Le ramadhan d’autrefois était fait d’amour, de partage et du vivre ensemble.

Enfin, l’Aïd est là, le ramadhan s’en est allé pour revenir les années suivantes dans la même ambiance. Le ramadhan d’autrefois était fait d’amour, de partage, du vivre ensemble et des rassemblements entre familles et voisins… Il avait un charme particulier, loin de ce que nous vivons de nos jours !

Ramadhan en Algérie: Hypertension artérielle chez les jeunes
Ramadhan 2019-1440 : Plus que deux semaines du mois sacré

Laisser un commentaire

Recommandations nutritionnelles, la dose habituelle revue

Fruits et légumes : excellents pour le moral

La dose idéale de consommation de fruits et de légumes, s’établit à sept portions par jour. Deux de plus que les recommandations nutritionnelles habituelles, selon des spécialistes anglais de l’université de Warwick, et américains de l’université du Massachussets tout en rappelant que cette consommation agit très favorablement sur la santé physique et le bien-être mental.

Read More about “Recommandations nutritionnelles, la dose habituelle revue”

Cultures et Traditions perdus
Recherche

bannieres
Ramadhan, évènement spécial

Le Ramadhan : Un évènement très spécial en Algérie

Le Ramadhan,
un évènement spécial pour la famille algérienne

La particularité de ce mois sacré du Ramadhan, ne réside pas seulement dans son aspect cultuel, mais aussi traditionnel. Une place, que lui accorde tous les membres de la famille, grands et petits. au ramadhan, tout y est pour honorer le mois de piété. Cette importance est chaque année renouvelée par la ménagère qui veille au grain pour que ce mois se passe dans les règles de l’art.

Read More about “Le Ramadhan : Un évènement très spécial en Algérie”

Le photographe d’autrefois

Il était une fois, le photographe ambulant

le photographe

Les photographes ambulants ! Ils ne sont plus là, ces icônes culturelles citadines ! En silence, ils se sont retirés de la cité, sans deuil ! Jadis, ils étaient l’ombre des villes et l’arc des places publiques. Les fixateurs du beau temps ! Les dessinateurs de grands sourires. Les témoins des amours et des amoureux fuyant l’oeil de l’interdit! l’oeil du voyageur ! Les photographes ambulants ! Tous. Vous. Nous. Les autres.

Read More about “Le photographe d’autrefois”

La vie naturelle

L’incompréhension naturelle de la vie

Nous sommes sans doute devenus trop intelligents, trop savants, et nous ne comprenons plus la vie. Nous la tuons autour de nous pour des profits ou des commodités immédiates; nous tuons aussi la nôtre et menaçons celle de nos descendants pour les mêmes motifs. il faudrait croire alors que nos grands-mères étaient moins intelligentes que nous et qu’elles avaient, elles, une compréhension naturelle de la vie.

Manger sain, vivre bien !…

Read More about “La vie naturelle”

Les effets bénéfiques du jeûne durant le mois de ramadan

Ramadan: Ce qu’il faut faire ou ne pas faire à la rupture du jeûne.

Le corps humain, cette merveilleuse machine perfectionnée qu’il faut ménager, surtout au cours du mois de ramadan, en se réalimentant le plus lentement possible, en buvant de l’eau dès le début du repas ; cela remplira l’estomac et corrigera en même temps le manque d’eau.

Read More about “Les effets bénéfiques du jeûne durant le mois de ramadan”