Un merveilleux voyage dans le temps et l'espace

La fête de l’Aïd est proche et la confection des gâteaux se prépare

Aïd El Fitr est pour bientôt, les ménagères s’affairent
à la confection des gâteaux, tradition oblige

patisserie

la fin du Ramadhan et l’arrivée de l’Aïd El Fitr ne sont plus qu’à deux ou trois jours, une occasion pour les Algériens de renouer avec les traditions, dans une ambiance festive. C’est ainsi que les marchés et souks d’Alger ne se désemplissent pas, notamment au niveau des magasins spécialisés dans la vente d’ingrédients pour la confection de gâteaux.

En effet, la confection des gâteaux est un élément incontournable de toute célébration, particulièrement durant les fêtes religieuses comme l’Aïd. Une tradition ancestrale qui était jadis l’occasion pour beaucoup de femmes de se retrouver pour s’entraider, échanger recettes et savoir-faire, mais surtout partager un moment de convivialité, tend, de nos jours à disparaître pour laisser place à une nouvelle tendance qui prend de l’ampleur depuis plusieurs années.

Des gâteaux aux amandes, pistaches, noix… des gâteaux trempés dans du miel ou recouverts de sucre glace, ce sont des variétés de friandises qui garnissent les vitrines de ces commerces qui commencent à doubler la cadence pour satisfaire leur clientèle.

Si beaucoup de femmes au foyer préfèrent préparer leurs gâteaux, chez elles, d’autres, surtout celles qui travaillent, préfèrent les acheter dans des magasins spécialisés par manque de temps, généralement. Il faut dire qu’à partir de la dernière décade du mois de Ramadhan, la plupart des femmes algériennes se donnent rendez-vous dans ces commerces pour lancer leurs commandes.

 

Voyons le cas de Radia,
une jeune maman qui travaille comme secrétaire. « J’arrive à peine à préparer le f’tour, par manque de temps. Pour moi faire les gâteaux de l’Aïd, relève de l’impossible, c’est pourquoi j’opte pour l’unique solution de passer une commande de trois ou quatre modèles de gâteaux juste pour marquer cette fête » a-t-elle avoué.

Pour Saida,
une jeune mariée, rencontrée dans l’un des commerces spécialisés dans la vente des gâteaux traditionnels, celle-ci nous a précisé que pour préparer des gâteaux, il faut avoir beaucoup de temps et ce n’est pas le cas pour elle. « Je travaille toute la semaine. J’arrive difficilement à concilier entre le boulot et la cuisine le soir, ce qui ne me laisse pas le temps de faire des gâteaux qui nécessitent des doigts de fées pour les réussir » a-t-elle précisé.

Pour, Houria,
la quarantaine, et maman de deux enfants, l’ambiance qui entoure la préparation des gâteaux de l’Aïd est irremplaçable. « C’est de véritables moments de plaisir et de joie pour marquer l’arrivée de la fête de l’Aïd, aussi même si c’est fatiguant, je tiens toujours à les faire moi-même, avec l’aide de mes enfants » a-t-elle expliqué.

Selon Khalit Saâdia,
il est bien révolu le temps où les maîtresses de maison préparaient elles-mêmes leurs gâteaux, pour les fêtes ou les évènements religieux. « Lors de chacune de ces occasions, les femmes se rassemblaient et s’entraidaient pour la préparation de ces gâteaux traditionnels, nécessitant un savoir-faire indéniable. Ces réunions féminines faisaient, autrefois, partie des us ancrés dans la vie quotidienne, aujourd’hui, hélas, par la force des choses et toutes ces femmes qui travaillent, ce n’est plus d’actualité », a-t-elle affirmé.

 

Ceci expliquant cela, de plus en plus de femmes se tournent vers les « professionnelles » du rouleau à pâtisserie pour passer commande des gâteaux de l’Aïd et différentes fêtes. Mme Hayet, spécialisée dans la confection des gâteaux traditionnels à Alger, a fait savoir que nombreuses sont les femmes qui préfèrent désormais commander des gâteaux au lieu de les préparer à la maison faute de temps, ajoutant que pour l’événement, plusieurs commandes ont été déjà lancées, « en fait, j’en ai tellement que je ne plus en accepter d’autres » nous a-t-elle indiqué, avec un sourire de satisfaction.

  • Chorba Beida
    Chorba Beida
  • Bourak
    Bourak
  • Baranya
    Baranya
  • Baklawa
    Baklawa
Astuces de Grand-mère : Les recettes de grand-mère au secours des petites bourses en ce mois de Ramadhan qui promet de laminer les plus faibles...

Comments

comments

Cultures et Traditions perdus
Recherche

bannieres

Le photographe d’autrefois

Il était une fois, le photographe ambulant

le photographe

Les photographes ambulants ! Ils ne sont plus là, ces icônes culturelles citadines ! En silence, ils se sont retirés de la cité, sans deuil ! Jadis, ils étaient l’ombre des villes et l’arc des places publiques. Les fixateurs du beau temps ! Les dessinateurs de grands sourires. Les témoins des amours et des amoureux fuyant l’oeil de l’interdit! l’oeil du voyageur ! Les photographes ambulants ! Tous. Vous. Nous. Les autres.

La vie naturelle

L’incompréhension naturelle de la vie

Nous sommes sans doute devenus trop intelligents, trop savants, et nous ne comprenons plus la vie. Nous la tuons autour de nous pour des profits ou des commodités immédiates; nous tuons aussi la nôtre et menaçons celle de nos descendants pour les mêmes motifs. il faudrait croire alors que nos grands-mères étaient moins intelligentes que nous et qu’elles avaient, elles, une compréhension naturelle de la vie.

Manger sain, vivre bien !…