Un merveilleux voyage dans le temps et l'espace

Notre peau est plus qu’un simple épiderme

Notre peau stocke des milliers d’informations

coupe de la peau

Notre esprit parle à notre corps à travers notre peau, c’est le signe de notre sensibilité.

Entretien avec Gérard Guillet, chef du service de dermatologie du CHU de Poitiers.

❏ Pourquoi la peau est-elle un sujet si chatouilleux ?
↪ Elle est liée à notre apparence, celle qui sera jugée, jaugée par le regard de l’autre. Une apparence séduisante va, dans l’inconscient collectif, avec une belle peau. Cela a traversé les siècles, les cultures, les religions. Exemple, chez les animistes, une tache sur la peau signifie une souillure de l’âme. Dans les religions bibliques, il ne fallait surtout pas la marquer de quelque signe car c’était un sacrilège. Cette idée de pureté a marqué notre conception de la peau. On voit bien que plus qu’un simple épiderme, la peau est une enveloppe symbolique de soi.

❏ Certains ont l’art dans la peau…
↪ Pour se réapproprier cette peau que l’on a longtemps voulue la plus neutre possible, certains l’utilisent justement pour exister différemment. C’est ce que disent les piercings, les tatouages et tout le concept du body art. Ou, dans certaines ethnies, les scarifications et les peintures corporelles. Par ces marques, on affiche ses choix de vie.

❏ Les anecdotes historiques ont la peau dure…
↪ Étudier la peau est une lecture de notre histoire. En Égypte, les momies partaient dans leur voyage vers l’au-delà avec miroirs et accessoire de maquillage. Dans l’Inde ancestrale, on puisait les flux cosmiques dans les plantes, base des huiles essentielles. La nature qui entre en nous par la peau, c’est à la mode avec la cosmétique bio. L’histoire regorge de recettes moins… agréables. Au temps de Louis XIV, le fumier servait d’emplâtre. Et pour soigner des plaies, dans les campagnes françaises, on utilisait du placenta. Jusqu’en dans les années 1970 !

❏ Être mal dans sa peau, ça se lit sur notre épiderme ?
↪ Notre peau trahit nos émotions, nous rougissons, pâlissons, suons, avons la chair de poule… Notre esprit parle à notre corps à travers notre peau, c’est le signe de notre sensibilité. Mais la peau peut aussi révéler des maladies graves, elle est une carte d’identité médicale. Elle stocke des milliers d’informations génétiques.

❏ Pourquoi, en vieillissant, vouloir à tout prix sauver sa peau ?
↪ Une peau qui vieillit est associée à l’usure, à la perte du dynamisme… Pour corriger cette vitrine de nous-mêmes, nous masquons rides, taches et autres signes de l’âge avec des cosmétiques. D’où le succès de ce marché qui a triplé en vingt-cinq ans. C’est l’illusion que notre peau reste à un âge d’or. Si cela fait du bien au moral, tant mieux ! Mais le meilleur soin reste un entretien à tous les âges et éviter ce qui abîme : tabac, soleil et mauvaise alimentation.

[via]  Valérie Parlan, ouest-france.fr

Mangez-vous du fromage, en bon français qui se respecte
Les effets du café sont assez merveilleuses car absolument paradoxales

Comments

comments