Un merveilleux voyage dans le temps et l'espace
Recherche

La table trop garnie durant le mois de Ramadhan, Conseils d’un nutritionniste

La ration équilibrée dont le corps à besoin
n’est pas forcément coûteuse

La table des Algériens durant le Ramadhan est trop garnie par des aliments dont la majorité consommés sont vides de calories, dépourvues d’énergie et de valeur nutritionnelle. Karim Messous, Nutritionniste, nous livre ses conseils à travers un interview accordé au quotidien Elwatan.

Read More about “La table trop garnie durant le mois de Ramadhan, Conseils d’un nutritionniste”

Santé : L’importance du dattier chez les peuples méditerranéens est considérable et ce, depuis les temps anciens, Datte, fruit privilégié de ce mois sacré

La Diététique-Santé : Datte, fruit privilégié de ce mois sacré

L’importance du dattier chez les peuples méditerranéens est considérable et ce, depuis les temps anciens, essentiellement durant le mois sacré du Ramadhan où son fruit privilégié constitue l’élément de rupture du jeûne dans la majorité des foyers. Read More about “Santé : L’importance du dattier chez les peuples méditerranéens est considérable et ce, depuis les temps anciens, Datte, fruit privilégié de ce mois sacré”

↪ Remèdes naturels : la réglementation se durcit

Remèdes naturels

Depuis le 30 avril, les médicaments à base de plantes doivent être agréés pour être commercialisés en Europe. Mais la directive, mal connue, sème le trouble chez les professionnels.

« Lobbying industriel », « mesure liberticide »… Sur les forums Internet liés aux médecines naturelles, la directive régulant les remèdes à base de plantes est critiquée : « Elle n’a d’autre but que de favoriser les grandes entreprises pharmaceutiques ».

La Traditional herbal medecinal products directive (THMPD) a été adoptée par le Parlement et le Conseil européen en mars 2004. Tous les médicaments traditionnels à base de plantes médicinales doivent dorénavant bénéficier d’une autorisation pour être mis sur le marché. Une période de transition de sept ans devait permettre l’enregistrement des médicaments déjà en vente. Elle a pris fin le 30 avril.

La mesure s’applique aux comprimés, gélules, sachets de tisanes, sirops ou poudres à base de plantes. Les herbes « en vrac » et l’homéopathie ne sont pas concernées.

☼ Une procédure simplifiée

Selon les fabricants, la procédure est trop coûteuse pour les petites entreprises. « Les tests chimiques pour prouver l’efficacité du produit peuvent atteindre les 100 000 € », s’indigne Frédéric Breton, le président de l’Organisation syndicale de médecine chinoise (OSMC). Pour lui, la mesure sonnerait l’interdiction de se soigner à l’aide de la médecine traditionnelle.

« C’est grotesque », soupire Frédéric Vincent. Le porte-parole de la Commission européenne assure que les autorités ont mis en place une procédure simplifiée. Le but n’est pas tant de prouver la fiabilité du remède que son emploi traditionnel : « Il suffit de présenter une documentation attestant que le produit est utilisé depuis trente ans dans le monde ou quinze ans dans l’Union européenne ». Documents qui peuvent prendre la forme de chiffres de ventes, par exemple.

L’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) est chargée de délivrer les agréments pour l’Hexagone. Aucun n’a été remis pour l’instant. « Tous les dossiers ont été déposés juste avant le 30 avril. Ils sont étudiés en ce moment ». Seules deux cents demandes ont été faites, alors que des milliers de remèdes à base de plantes circuleraient aujourd’hui sur le territoire.

Les entreprises, elles, sont censées retirer les produits non agréés du marché. Les contrevenants s’exposent à une amende de 30 000 € et encourent deux ans de prison. Problème : fabricants comme pharmaciens n’ont reçu aucune instruction. « C’est le flou complet. Personne ne sait ce qui se passe », déplore Bernard Pichon, un fabricant spécialisé dans la médecine chinoise. Trois organismes européens, dont l’Alliance for natural health (ANH), exigent un délai supplémentaire d’un an, pour faire le point sur cette directive.

[via] Virginie Baret, ouest-france.fr

La santé autrefois - Ail : son arôme singulier
Les remèdes d'antan - l'Ail [ suite ] Les propriétés de l'ail

2 réponses à La Santé autrefois – Remèdes naturels : la réglementation se durcit

L’école Autrefois
Ecole Sadi Carnot - Annaba (Bone) CM2 1958-59
Ecole Gambetta - Oran - CS 1953-54
Ecole de filles Gambetta - Oran - C_1953
Ecole de garçons Gambetta - Tizi Ouzou CE1A - 1961-62
Ecole autrefois - dernières photos reçues
Ecole La Place - Alger - maternelle 1964-65
Collège de Tizi Ouzou - 5em - 1967-68.jpg
Ecole Voltaire - Constantine CE2 1952 - 1953
Ecole Arlette - Annaba (Bone) - CC - année 1910
Ecole de l'Olivage - Alger - CM2A - 1982-83
Ecole de Pointe Pescade - Alger - CC3 - 1955-56
Ecole de Pointe Pescade - Alger - CP 1955-56
Ecole Sadi Carnot - Annaba (Bone) CM2 1958-59
Ecole Gambetta - Oran - CS 1953-54
Ecole de filles Gambetta - Oran - C_1953
Ecole de garçons Gambetta - Tizi Ouzou CE1A - 1961-62
Ecole autrefois - dernières photos reçues
Ecole La Place - Alger - maternelle 1964-65
Collège de Tizi Ouzou - 5em - 1967-68.jpg
Ecole Voltaire - Constantine CE2 1952 - 1953
  • Ramadhan en Algérie: Hypertension artérielle chez les jeunes
    Ramadhan, Santé

    Hypertension artérielle chez les jeunes âgées entre 35 et 40 ans à adopter un bon régime alimentaire

    L'hypertension artérielle en Algérie chez les jeunes âgées entre 35 et 40 ans : nécessité de sensibiliser ces jeunes à adopter un bon régime alimentaire pour éviter l'atteinte précoce de l'hypertension artérielle, à insisté la Vice-Directrice du service des maladies non-transmissibles au ministère de la Santé, Dr Djamila Nadhir hier jeudi 16 mai 2019 à Alger sur l'importance de cette prise de conscience.

    […]
Souscrivez à nos flux