Un merveilleux voyage dans le temps et l'espace

Les Arts Populaires en Algérie

FOLKLORE

L’Algérie, à travers les siècles, a su garder son visage d’antan que l’on peut découvrir lors des réjouissances populaires qu’entraînent chaque mariage et chaque fête. Depuis toujours, les Algériens ont aimé se grouper pour former des cercles qui préservaient leurs coutumes et leurs traditions. C’est ainsi que le folklore algérien est resté le même à travers plusieurs générations.

On retrouve l’expression des sentiments naturels et de la joie spontanée dans les danses différentes selon les régions (Algérois, Oranais, Constantinois, Aurès, Oasis, Hoggar, Tassili) accompagnées des instruments typiques. :

    A vent : Ghaïtas, mezoued, zamar, flûte, guesba.
    A Corde, rbab, amzad, darbouka, bendir, tbal, bilet, tar, galal.

Les costumes frappent par leur richesse et leur diversité.

Le Sahara apparaît comme le plus envoûtant. Les populations du Sud ont en effet conservé à leurs traditions et à leurs coutumes un caractère original et authentique, particulièrement dans le domaine des arts populaire. Les Thèmes sont empruntés à la vie des habitants : on évoque les mariages, la circoncision de l’enfant, et l’eau : élément des plus précieux dans cette région. Le Baroud et certaines danses rappellent la virilité et le caractère farouche des guerriers. Les femmes graciles, drapées dans des couleurs chatoyantes, évoluent autour des danseurs. Toutes les grandes villes d’Algérie qui ont eu un passé florissant ont vu s’enraciner chez elles un art purement citadin : les Bennoutat de Constantine, m’samaâ de la capitale.

Les rythmes si variés appellent mille réminiscences.

Les rythmes sahariens contiennent des pas que l’on retrouve dans plusieurs danses afro-cubaines. Dans une danse de Laghouat on retrouve le zapateado andalou. Rien d’étonnant à cela. L’Algérie ayant été un vase creuset de civilisations où sont arrivés et d’où sont partis divers courants de l’Orient à la Méditerranée
et de la Méditerranée à l’Afrique. C’est dans ce cadre merveilleux de la cour intérieure d’un palais, sous une tente de nomade ou sous le soleil rosé d’une oasis à la tombée du jour que vous pourrez les apprécier.

LES FÊTES LOCALES ET ANNUELLES

Certaines de ces réjouissances présentent un intérêt économique, mais elles donnent lieu, chaque année, à de très importants spectacles folkloriques qui par leur charme et leur éclat ne manquent pas d’intéresser et d’attirer les touristes Voici les plus anciennes et les plus populaires . :

    • FÊTE DE LA TOMATE à Adrar
    Période Mars ou Avril : Folklore, artisanat.
    • FÊTE DE PRINTEMPS à Biskra
    Période fin mars début avril: De nombreuses danses folkloriques animent cette fête. Elles rappellent souvent les mines guerrières et sont accompagnées de baroud et de courses hippiques.
    LAGHAOUAT
    Concours de la race chevaline, course de chevaux, galas.
    • FÊTE DES ORANGES à Boufarik
    Période Avril ou Mai. Cette manifestation symbolise pour chaque paysan (Fellah) la récolte des fruits et surtout des oranges.
    • FÊTE DES CERISES à Miliana
    Période Mai. L’ambiance et les costumes sont aussi colorés que les fruits qui donnent le thème de la réjouissance.
    • TLEMCEN •
    Elle fait revivre les traditions de la perle du Maghreb.
    • FÊTE DU TAPIS à El-Oued
    Période mars ou avril. Outre les tapis, on admire les plateaux et cuivres du M’Zab et les groupes folkloriques locaux.
    • FÊTE DE LA CITÉ DU BONHEUR à Bou-Saada
    Période fin d’année et au printemps. Pour le plus grand plaisir des spectateurs. Les Ouled-Naïls interprètent leurs danses particulières, rythmées qui n’ont subi aucune influence
    puisque conservées dans les montagnes qui les ont vu naître.
    • FÊTE DU CHEVAL à Tiaret
    Période Septembre. Les meilleures espèces de la race chevaline dont les pur-sang arabe réputé y sont présentées. Courses de chevaux et fantasias avec participation des célèbres
    cavaliers du Djebel Amour.
    • FÊTE DE LA DATTE à Touggourt
    Période mars ou avril, durant la période de fécondation du palmier-dattier, élément vital de la région. Les courses de méharis et les excursions à dos de dromadaire laissent un souvenir inoubliable.
    • FÊTE ANNUELLE à Bou-Hanifia
    Période septembre ou octobre. Les touristes de la station thermale participent joyeusement aux ébats populaires.
    • FÊTE ANNUELLE à Tamanrasset et Djanet
    • FÊTE ANNUELLE du Hoggar et Tassili au printemps, groupes folkloriques.
    • FÊTE DU MOUTON à :
    – Djelfa: Période Juin. Courses hippiques, danses folkloriques, fantasias.
    – Sougueur: Période Mai. L’on voit revivre le folklore de cette région du Djebel Nador caractérisée par l’élevage et le tissage de tapis réputés.
    • FÊTE DU VIEUX KSAR à El-Golea, période Avril.
    • FÊTE DE GOURARA à Timimoun
    Période du printemps, artisanat (poteries, bijoux, burnous). Baroud (danse du fusil). Kerkabou avec castagnettes métalliques. Ahalil mélopée mélancolique avec danse lente au son d’une flûte.

Laisser un commentaire

Organiser votre voyage
Images aléatoires du site
01_Cavalier.jpg
02_DanseAlepee.jpg
03_DanseFolklore.jpg
04_DanseusesSud.jpg
05_GroupeFolklore.jpg
06_Tambourins.jpg
07_UneDanseuse.jpg
Alger - Bab-Azoun
Alger - Bd de la république
Alger - Boulevard de la République
Alger - la grande mosquée
Alger - Place de la République
Album Arts populaires
spinner
Allez plus loin
Le Blog algerieautrefois
Souscrivez à nos flux