Un merveilleux voyage dans le temps et l'espace

Le chocolat noir est-il le plus riche en cacao?

Le chocolat est-il si mauvais qu’on le dit ?

chocolat noir
Le chocolat ! Objet de tant de désir et de plaisir ! Pour certains, c’est une drogue, pour d’autres un interdit, parfois les deux à la fois, mais toujours un aliment sujet à beaucoup de discussion.

Qui ne s’est pas déjà entendu dire cette phrase, « Allez je ne devrais pas, mais bon, c’est le dernier ! » alors qu’il savourait son deuxième, cinquième ou douzième chocolat ? Mais pourquoi ne le devrions-nous pas d’ailleurs ? Le chocolat est-il si mauvais qu’on le dit ? Et pourquoi a-t-il cette image ? Est-ce seulement parce que l’être humain aime se donner mauvaise conscience ? Est-ce si gras que ça ? En fait, pour être exact, 100 grammes de chocolat — une tablette — apporte entre 500 kcal et 550 kcal, et 30 à 45 g de lipides selon le type de chocolat. Thomas Ladrat, Diététicien-nutritionniste, nous décrit tous les bienfaits du chocolat. Vous ne devez pas culpabiliser d’en consommer. Avec modération !

Non, le chocolat noir n’est pas moins gras

Donc oui, effectivement, le chocolat apporte une part importante de lipides. Et cette part de lipides est proportionnelle à la teneur en cacao. Plus le chocolat que vous consommez est fort en cacao, plus il apporte de lipides. « Le chocolat noir est moins gras, on peut en manger plus ! » Cette affirmation ne tient pas la route, n’en déplaise aux amateurs de chocolat noir. Car le chocolat noir est bien le plus riche en cacao. Quant l’apport calorique, qu’une chose soit claire : il est le même pour le chocolat noir, blanc ou au lait !

Plus de minéraux dans le chocolat noir

Mais il est vrai que le chocolat noir est plus intéressant par son apport supérieur en certains minéraux et antioxydants. Cela résulte principalement des différentes techniques de fabrication utilisées. Pour le chocolat noir, on utilise de la pâte de cacao, du beurre de cacao et un peu de sucre. Plus le chocolat sera de bonne qualité et aura un pourcentage élevé de cacao, moins il y aura de sucre et de beurre de cacao. Il est donc logique que l’on retrouve plus de minéraux et antioxydants provenant des fèves de cacao dans ce chocolat-ci. La principale différence pour le chocolat au lait est l’adjonction de lait, comme son nom l’indique. Le pourcentage de cacao présent y est donc bien moins élevé, les minéraux et vitamines aussi. De la même manière, en ce qui concerne le chocolat blanc, la pâte de cacao n’est pas utilisée pour son élaboration. On ne retrouve donc que du beurre de cacao, du lait et du sucre. Les substances intéressantes du cacao sont donc quasiment absentes dans le chocolat blanc et les lipides sont moins présents mais remplacés par du sucre en grande quantité.

Du chocolat pour protéger le cœur des obèses

Selon le British Medical Journal, une consommation quotidienne de chocolat noir chez des personnes obèses permettrait de protéger le système cardio-vasculaire et de diminuer le risque d’accident vasculaire cérébral. Cet effet viendrait principalement de la teneur élevée en polyphénols du chocolat. Les polyphénols sont des antioxydants, qui permettent de protéger, en quelque sorte, nos cellules du vieillissement. D’autres études relatent, quant à elles, l’intérêt de la consommation quotidienne de chocolat, vantant la diminution de la pression artérielle, une meilleure stabilisation de la glycémie. A aussi été souligné le rôle que jouent les flavonoïdes (un type de polyphénol), présents dans le chococlat, dans la protection des fonctions cognitives. Les sujets consommant du chocolat noir auraient une fonction cognitive plus efficace et plus réactive.

Plus de prix Nobel dans les pays fous de chocolat ?

Selon un chercheur américain, on constaterait même une plus grande proportion de prix Nobel dans les pays gros consommateurs de chocolat ! Information à prendre avec des pincettes, tant la corrélation est difficile à prouver mais qui donnera peut-être à certains d’entre vous une excuse pour sauter sur une tablette. Pour en revenir à des choses un peu plus sérieuses, le chocolat est aussi un des aliments les plus riches en magnésium. Ce minéral est très important au bon fonctionnement de notre organisme entre en jeu dans la contraction musculaire, la constitution des os et des dents, la transmission de l’influx nerveux ainsi que la régulation du rythme cardiaque, entre autre ! Certes, les quantités consommées ne permettent pas de couvrir les besoins quotidiens, mais étant donné la part importante de la population dont les apports sont très insuffisants en magnésium, le chocolat est un allié non négligeable.

Il aide les sportifs à récupérer

Enfin, on peut aussi noter des apports très intéressants en cuivre, fer et vitamines du groupe B. Ajoutez à cela la présence de sérotonine, jouant un rôle sur la diminution de l’anxiété et la régulation des cycles du sommeil ; la théobromine, ayant un effet sur l’humeur ; ainsi que la caféine, vous comprendrez alors mieux les vertus stimulantes et antidépressives prêtées à juste titre au chocolat. Pour les sportifs, là aussi, de nombreuses études ont prouvé qu’il n’était pas forcément judicieux de bannir le chocolat. En effet, celui-ci peut permettre une diminution de la fatigue ainsi qu’une meilleure récupération. L’idéal serait de consommer par exemple un bol de lait au chocolat, après un entraînement intense afin d’optimiser la récupération. Ne voyez pas, dans ce texte, un plaidoyer pour le chocolat, ou une excuse pour vous jeter sur une tablette dès votre lecture terminée. Le chocolat est, et doit rester, un « aliment plaisir ».

Un carré ou deux par jour, c’est bien

Mais celui-ci peut tout de même être consommé de façon quotidienne à hauteur d’un carré ou deux (environ 10 g). Optez de préférence pour un chocolat de bonne qualité et le plus riche en cacao possible (à condition que vous aimiez cela…) si vous voulez profiter de ses bienfaits. A ce propos, une étude a d’ailleurs prouvé que nous consommions une quantité moindre lorsque nous avions accès à un produit de qualité supérieure. Le plaisir ne rime pas avec la quantité. Il ne s’agit donc pas de s’empiffrer frénétiquement d’une tablette de chocolat bas de gamme.

Le plaisir, moindre qu’avec un chocolat de meilleure qualité, aura certainement disparu au deuxième ou troisième carré pour laisser place à un acte compulsif et mécanique.

Le Ramadhan est pour bientôt : Un évènement très spécial en Algérie
Recommandations nutritionnelles, la dose habituelle revue

Articles les plus consultés

Comments

comments