Un merveilleux voyage dans le temps et l'espace

La saison de froid en Algérie et les remèdes de grands-mères

États grippaux : Les remèdes d’antan toujours d’actualité

herbes médicinales

En cette saison de froid qui faiblit l’organisme et donne un sacré coup au système immunitaire d’une grande partie de la population algérienne, la grippe ne cesse de faire des victimes. À chacun sa propre « artillerie » pour lutter contre les symptômes de cette maladie. Certains misent sur la nature et les secrets des plantes médicinales ou matières, utilisées par la famille algérienne, depuis la nuit des temps …

Les vertus des plantes médicinales ou matières

Le virus est coriace et pour faire face à cet ennemi qui revient chaque année, pour constituer un véritable problème de santé publique, de par, ses conséquences qui dépassent les désagréments, liés à une simple toux ou un mal de tête, à des complications très graves, pouvant entraîner parfois, le décès. En fait, si certains, optent pour le traitement conventionnel pour retrouver la forme et lutter contre les symptômes de cette maladie, d’autres misent sur la nature et les secrets de certaines plantes ou matières, utilisées par la famille algérienne, depuis la nuit des temps pour « refouler » le virus de la grippe et minimiser, dans la mesure du possible, les dégâts.

La « pharmacie » ancestrale, en effet, regorge de produits miracles, considérés, par nos grands-mères, comme antidote incontestable et incontesté, au virus du froid. Ce legs toujours présents, en dépit des progrès de la médecine, est utilisé à bon escient, par de nombreuses personnes qui tiennent à profiter des vertus avérées de certaines espèces végétales, utilisées dans la phytothérapie ou la médecine douce, ainsi que le miel, l’huile des grains de nigelle et l’huile d’olive, le citron, le thym sauvage, l’ail ou encore très indiquées pour les coups de froid.

En effet, le recours aux « astuces » de grands-mères et des herboristes est fréquent chez nous. Il faut dire que la cherté des médicaments et parfois l’indisponibilité de certains produits pharmaceutiques poussent beaucoup de malades à se rabattre sur le savoir-faire, voire, même le « talent naturel » de nos ancêtres pour dompter le virus de la grippe. Un pharmacien, situé au niveau de la rue Larbi Ben M’hidi, interrogé sur la valeur d’une ordonnance pour la grippe nous dira que le coût moyen de celle-ci, se situe entre 1.500 et 2.000 DA. Et d’ajouter, la prescription des antibiotiques fait monter en flèche le coût de l’ordonnance relative aux consultations pour la grippe saisonnière pour dépasser largement les 2.000 DA. Ceci explique l’engouement que suscitent les tisanes et mixtures naturelles pour traiter ou du mois calmer les signes des coups de froid. Les bonnes mixtures de nos grands-mères, en cette saison, constituent les produits phares de notre boîte à pharmacie, devenant désormais, l’allié d’une couche importante de la population qui affiche, désormais, ses penchants pour un retour aux sources, pour se soigner.

Les remèdes ou astuces de grand-mères, qu’en pensez-vous ?

Les substances chimiques sont remplacées, ces jours-ci par des produits de dame nature qui s’avèrent peu couteux et efficaces. Le commerce de produits utilisés dans la médecine douce connaît un véritable boom durant la saison d’hiver qui « titille » le virus de la grippe.
❑ Une vieille femme, rencontrée, chez un herboriste,
au niveau de la Rue Ben M’hidi, pour acheter du thym sauvage, nous dira que les médicaments coûtent cher pour elle qui touche une petite pension de son défunt mari. « J’utilise des tisanes du thym avec un citron piqués de quelques clous de girofle ou un mélange d’huile des grains de nigelle avec du miel et de l’ail pour booster l’immunité de l’organisme ». Elle enchaînera pour dire que c’est carrément miraculeux.
❑ Une autre jeune fille, rencontrée, dans le même magasin,
pour se procurer la très précieuse huile des grains de nigelle, appelée carrément « zit el haba el sawda », pour soigner sa toux, nous affirmera qu’elle préfère les produits naturels qui sont sans danger sur la santé. « Ça m’évitera à coût sur les effets non désirables des médicaments », insistera-t-elle.

Les recettes du terroir restent pour beaucoup, l’alternative aux produits pharmaceutiques, en cette saison hivernale pour faire face aux dégâts de la grippe. Le retour aux sources est inévitable pour les amateurs du … naturel.

Les frites ! c'est bon. D'accord, Mais pas pour la santé
Ces vendeuses d'herbes médicinales et aromatiques

Laisser un commentaire

Organiser votre voyage
Images aléatoires du site
01_Cavalier.jpg
02_DanseAlepee.jpg
03_DanseFolklore.jpg
04_DanseusesSud.jpg
05_GroupeFolklore.jpg
06_Tambourins.jpg
07_UneDanseuse.jpg
Alger - Bab-Azoun
Alger - Bd de la république
Alger - Boulevard de la République
Alger - la grande mosquée
Alger - Place de la République