Un merveilleux voyage dans le temps et l'espace

Algérie Terre Multiple

sa splendeur
Puis vient l’ autre partie de l’ Algérie, la plus magique peut être, l’ Algérie du Sahara. Le Sahara multiple : Sahara du pétrole et du gaz : Hassi-Messaoud, Hassi R’Mel, Sahara des caravanes, Ouargla, Tindouf, Timimoun, Ghardaia la Mozabite, Touggourt l’ historique capitale des Ouled Djellal, Ouargla la moderne, In Salah noyée de sable, Djanet au pied d’ une hallucinante montagne, mer de dunes à El-Oued, plateau caillouteux à Ghardaia, montagnes lunaires à Tamanrasset … ,des palmeraies et des oasis, avec ses millions de tonnes de pétrole, ses immenses nappes souterraines d’ eau. Mais jusqu’à ce jour le Sahara reste encore le pays de la soif des mirages, le pays des aventures sportives ou poétiques. La découverte et l’ émerveillement sont encore au tournant de la piste, de la route asphaltée, comme à l’ atterrissage de l’ avion. En plus de ses richesses. Le Sahara est une terre d’ élection du tourisme. L’ Algérie avec ses contrastes géographiques et humaines est une promesse d’ étonnement, elle offre au voyageur un petit tour du monde en raccourci en lui faisant découvrir la pureté de la Grèce à Cherchell et Tipasa, le charme de l’ Orient arabe à Alger et Constantine, la grâce andalouse à Tlemcen, la fraîcheur suisse dans les montagnes Kabyles, le Nouveau-Mexique au Hoggar, et dans chaque Oasis, les prémices de l’ Afrique et un coin du paradis perdu.

Algérie Au fil du temps

Le très lointain ancêtre de l’ homme algérien est l’un des premiers hominiens connus, l’atlanthropus mauritanicus, vieux
de quelque 600.000 ans, et découvert à Ternifine près de Mascara,gravure rupestres l’homosapiens algérien est devenu le pasteur qui nous a laissé les impressionnantes gravures rupestres du Tassili, du Hoggar et des monts des Ksour. A l’ Aube des temps historiques, l’ Algérie est peuplée de berbères que l’ on nomme aussi libyensou amazigh. Ces peuples, les uns nomades, les autres sédentaires, connaissent l’ écriture (caractères semblables au Tifinakh des Touareg actuels), le dessin et des modes de sépulture évolués.

Dans sa première organisation étatique, l’ Algérie s’ appelle Numide et plusieurs générations de rois berbèresla gouvernent de Syphax à Juba II. A partir du IIIe siècle (avant l’ ère chrétienne), ces rois sont en butte aux interventions des Phéniciens, puis à la pression impériale des Romains. A la chute de Carthage, au IIe siècle, Massinissa réussit à unifier la Numidie de la Moulaya à l’ Ouest, à la Tusca à l’ Est, et à faire prospérer la capitale Cirta (Constantine). Après lui, malgré la résistance et le génie politique de l’ extraordinaire Jugurtha, la numidie est de nouveau partagée. Enfin l’ empereur
Caligula décrète l’ annexion. Dès lors, en marge des révoltes contre les romains (Tacfarinas, Firmus, etc.) se crée dans ce pays, appelé le grenier de Rome, une nouvelle civilisation dont les vestiges architecturaux parsèment le territoire de l’ actuelle Algérie, de Cherchell à Tebessa en passant par Tipasa, Djémila, Timgade, etc. Après la désagrégation de cette civilisation par les Vandales au VIe siècle, et tandis que l’ Europe entre dans une période obscure, l’ Afrique du Nord, caravaneavec l’ arrivée des Arabes porteurs d’ une nouvelle spiritualité, participe à la naissance d’ une autre civilisation. Les Berbères prenant le flambeau apporté par quelques milliers d’ Arabes contribuent à l’ expansion de l’ idée politique et religieuse de l’ Islam, et c’ est ainsi que Tarik, en 711 prend la tête de la troupe qui va conquérir l’ Espagne L’ Algérie est organisée successivement en plusieurs royaumes : Tahert, Achir, Béni Hammad, etc. puis liée au destion de l’ Afrique du Nord qui constitue une entité géographique et politique.

C’ est l’ époque où le Maghreb joue à plein son rôle de lien de communication entre l’ Afrique, l’ Orient et l’ Europe, et se couvre de pistes, de ports et de grands marchés. C’ est aussi l’ Èpoque où Ibn Rochd traduit Aristote qu’il révèle l’ Europe Obscurantiste, l’ Èpoque où Ibn Khaldoun jette les bases de l’ histoire et de la sociologie moderne : époque brillante où les universités de Tlemcen, Béjaïa (Bougie), Constantine, Tunis et Fès sont des foyers de culture sans égal en Europe. Durant ces siècles sont bâtis les plus beau monuments de l’ architecture arabe d’ Occident, grandes mosquées de Tlemcen et d’ Alger, Régencefameux minarets maghrébins aux dimensions et à la décoration particulièreet de l’ Occident musulman, remparts, places, palais, tousmonuments dont la sobriété alliée à lapuissance et à l’ élégance reflètent une civilisation à son apogée.

Les Frères BARBEROUSSE :

BarberousseEn 1510, les espagnols qui tentent de la soumettre construisent la forteresse du Penön. Face à la persistance de la croisade chrétienne, la population d’Alger sollicite la protection des frères Barberousse (Arroudj et Kheir-Eddine) quand Pédro Navaro tient El Djazair à sa merci, au bout des canons.

Ils s’installent à Alger en 1516 Les historiens se sont accoutumés à donner aux deux frères (qui étaient quatre d’ailleurs) ce surnom qui ne s’applique, en fait, qu’à Kheir-Eddine. Redoutables corsaires de la Méditerranée, ils étaient néanmoins en bonnes relations avec les monarques musulmans de la région, en ce début du XVe siècle. La suite est connue : le premier débarasse la région de la présence terrestre espagnole, le second détruit la forteresse du Penön édifiée par les Espagnols et construit la digue de 200 m qui reliera les iles à la terre ferme. Sous son règne, El Djazair devient une forteresse inexpugnable, un observatoir et un port de guerre. Barberousse à Alger va changer radicalement la destinée de la ville. Kheïr-Eddine, qui succède en 1518, à son frère Arroudj, fait face à de nombreuses attaques espagnoles.

Pendant cette période “Othomane”, le siège du gouvernement et de l’administration se situait au Palais de la Jenina, dans la partie basse de la ville. S’y installeront les Beylerbey de 1534 à 1585, les Pacha de 1585 à 1659, les Agha de 1659 à 1671 et, enfin, les Dey de 1671 à 1817.

Capital du pays durant la période 1529-1830, Alger est une place forte disposant d’une flotte redoutable qui lui confère une autorité sans égal en mer.


Raïs Hamidou Benali – Fils de la Casbah…


Alger autrefois
Souscrivez à nos flux
Alerieautrefois sur Facebook